Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 4 novembre 2016

Les anciens Péruviens pouvaient-ils ramollir la pierre ?



Si vous regardez attentivement la maçonnerie des structures et murs mégalithiques d’Amérique du Sud – comme celle de la pierre à 12 côtés de Cuzco au Pérou – vous remarquerez immédiatement qu’elle présente des alignements très précis et bien ajustés.

Nos textes d’histoire classiques racontent que les Incas, qui occupaient le Pérou à l’époque de l’arrivée des Conquistadors espagnols, sont responsables de toutes les structures trouvées dans cette région. Mais comment les Incas ont-ils pu construire avec une telle précision des structures comme Sacsayhuamán avec des pierres faisant jusqu’à 150 tonnes et s’emboîtant parfaitement ensemble, sans que nous n’ayons aucune preuve qu’ils disposaient d’une technologie nécessaire ?

L’explication « classique » est que les Incas ont d’une certaine façon réussi à utiliser une méthode « de supposition et d’essai » en taillant la pierre avec leurs outils de pierre, mettant ensuite la pierre en place, voyant comment elle s’emboîte, la soulevant et la retaillant de nouveau, vérifiant encore une fois et ainsi de suite.

Cette méthode a très probablement été utilisée au XVIe et XVIIe siècles, lorsque des Conquistadors et des missionnaires ont observé les Incas au travail. Mais ce qu’ils bâtissaient alors concernait des pierres bien plus petites, et sans le genre de précision requise pour créer des blocs à 12 angles. Taillant des blocs si complexes et d’un tel poids avec seulement des marteaux de pierre ronds semble très improbable. Particulièrement pour des blocs pesant 100 tonnes !

Même ceux fournissant des explications, comme l’archéologue Jean-Pierre Protzen, reconnaissent toujours d’autres problèmes, surtout sur la question de savoir comment les Incas auraient pu transporter (et soulever et descendre à répétition) ces imposants blocs de pierre. Certaines des carrières étaient situées jusqu’à 30 km des sites de construction, et ce dans des régions montagneuses.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire