Rechercher dans ce blog

Chargement...

jeudi 24 novembre 2016

Cliché énergétique du 21 novembre



Tout laisse croire que l’intensité des énergies a diminué, mais est-ce vraiment le cas?  En tout cas, la perplexité ambiante n’a pas beaucoup diminué.  

Toujours éberlués, suite aux événements récents, les gens continuent de faire des reproches cinglants et de s’en prendre aux autres, souvent sans motif, à la manière d’un animal blessé en détresse.  Au lieu de plonger un regard honnête à l’intérieur d’eux-mêmes, pour bien déterminer ce qu’il conviendrait de clarifier ou de rajuster, ils continuent de projeter leurs torts et de jouer le jeu du blâme.  

Ils n’acceptent pas leur part de responsabilité dans le Destin collectif.  Pourtant, bien que vous portiez une belle Lumière et que vous soyez plutôt conscients de la pression ambiante, ce petit jeu finit par en fatiguer, en dévitaliser et en démotiver un grand nombre, alors qu’il ne produit aucun changement significatif.

D’autres sont tombés dans le piège du Conseil d’Orion : ils se sont lancés dans des discussions intellectuelles sans fin visant à remanier le passé, ce qui les force à soupeser le pour et le contre des possibles changements de politique, de croyances ou des actions potentielles à entreprendre, des discussions à l’infini qui n’apportent rien de nouveau, pas plus que de résolution significative aux problèmes du monde.  

Quand quelqu’un tente de vous attirer dans de telles spéculations, nous vous recommandons de décliner son invitation et de vous réfugier dans la place forte de votre cœur.

Plusieurs d’entre vous restent abasourdis par certains événements récents et ils se sentent plutôt sensibles, à fleur de peau, vulnérables.  Justement, ils ont la nette impression que leur peau, cette bonne couche protectrice, a fondu, ce qui leur donne le sentiment de pouvoir être exposé aux agressions extérieures, ce qui s’accompagne d’un sentiment de perte de sécurité.  Alors, ils se sont placés  dans un état d’attente de ce qui pourrait s’ensuivre.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire