Rechercher dans ce blog

jeudi 26 janvier 2017

Notre imaginaire, au service de la Nouvelle Terre



Porté à votre conscience par Arcturius,
le 25 janvier 2017

Première étoile à droite et tout droit jusqu’au matin !

Demeurons bien dans l’oeil du cyclone, Voyageur entre les Mondes, sinon ça risque de secouer. Centrons-nous dans cette partie que nous avons de meilleure : notre coeur. Ce grand voyage, nous l’avons tellement rêvé qu’il s’est matérialisé ! La tempête spatio-temporelle fait rage tout autour de nous et nous reconduit à la maison.

Toi et moi sommes les enfants perdus du Pays imaginaires ! On nous a envoyés ici-bas, saupoudrés de poussière de fée, pour que ce monde n’oublie pas la magie des étoiles. Nous sommes nés étrangers dans nos familles, étrangers dans nos pays, avec pour seuls bagages une réserve de rêves inépuisables « qui ne servent à rien, juste des chimères » !

A rien ? Des chimères ?… vraiment ?

Ces rêves, ces visions, ces espaces lumineux quand nous fermons les yeux sont le pouvoir magique dont nous sommes les héritiers, et nous l’avons conservé hermétique aux moqueries, aux découragements, à l’oppression et aux menaces.

Il faut vraiment être d’ailleurs et avoir un coeur en or de fée pour supporter la pression de l’ancien monde. Rends-toi à l’évidence, Voyageur interdimensionnel, tu es spécial… et tu accomplis ta mission de Lumière.

Le tourbillon du changement est inéluctable à présent ! Te voilà en cours de nettoyage des dernières croyances négatives, des superstitions et des peurs qui sabotent et freinent ton merveilleux pouvoir d’imagination créatrice.

Ce que tu commences à comprendre, c’est que cette Lumière n’est pas simplement  à conserver comme on le ferait dans la réserve d’un musée ou d’une bibliothèque : à l’abri des regards, prenant l’ombre et la poussière… Tu n’es pas un conservateur de lumière mais un diffuseur, un communicateur, un transmetteur de lumière…

À lire sur : http://www.arcturius.org/chroniques/notre-imaginaire-au-service-de-la-nouvelle-terre/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire