Rechercher dans ce blog

mercredi 17 octobre 2012

De l’indicible impatience…

Par le Passeur.
A l’intérieur, tout semble en suspens, comme si nous étions détachés d’un temps qui s’accélère sans cesse tout en donnant l’impression qu’il se fige dans un tableau qui nous apparaît de plus en plus faux. Le calme imposant qui naît de cela est celui profond d’une force unifiée qui se rassemble sur elle-même et  suscite en nous à la fois une tension semblant durer depuis une éternité et un sentiment paradoxal d’apesanteur. A l’extérieur, la même tension est ressentie mais avec une lourdeur et une vivacité porteuses de dysharmonie, qui deviennent insupportables à ceux qui la vivent. Et nous voilà à la fois enthousiastes de sentir ce qui vient et las des pesanteurs flagrantes du monde qui se rappelle à nous.

Lire cet article sur :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire