Rechercher dans ce blog

dimanche 8 février 2015

Saint Jean Baptiste



Je suis Jean dit « le Baptiste ». Je connu celui que vous nommiez « le Sauveur ». Je fus une sorte de tuteur pour lui, lorsqu’à l’issue de son initiation il dut prendre ses fonctions de chef d’Église.

Ses capacités à représenter le Dieu Père lui-même n’avaient jamais été égalées jusque là. Cependant, pour pouvoir entrer pleinement dans les fonctions qui furent les siennes, il lui fallu un maître guide et j’eu l’honneur de le servir comme tel.

Nous avions besoin l’un de l’autre et du haut de son humilité toute puissante il le savait. Je savais aussi à quel point ses enseignements nous montraient le vrai chemin de l’Amour et de l’Ascension vers les plans de conscience divins.

Jusque là, peu de prophètes avaient su incarner cela de cette manière. Certains le faisaient pendant un temps. Ils avaient des moments d’inspiration qui duraient une période de leur vie… Mais avec Jésus, nous sentions qu’il y avait bien plus que de l’inspiration.

Tout son être respirait et transpirait l’ange qu’il était et qu’il est encore aujourd’hui. Je suis venu témoigner de cela car l’histoire de mon « frère », Jésus le Christ, a été bien souvent interprétée et finalement mal transcrite.

Il est temps de faire surgir un peu plus de lumière sur ce sujet. Il est temps que la Vérité soit dite, afin que les générations qui lui succèdent désormais puissent prendre leurs fonctions elles aussi.
Jésus était libre de tout dogme, de toute croyance. Seul son coeur le guidait. S’il avait « des yeux pour voir » et « des oreilles pour entendre », sachez que le Sauveur utilisait avant tout son coeur pour ressentir.

Il m’a appris à sentir avant de voir, sentir avant d’entendre, sentir et ressentir, telle était sa devise. Le coeur avant toute autre forme d’analyse. Le coeur, tout simplement. En cela Jésus mon frère était comme un enfant. Un enfant de coeur et d’esprit.

Grâce à cela, aucune Vérité ne lui était cachée, il pouvait répondre à tout questionnement, en ramenant ceux-ci dans son coeur. Son coeur lui livrait les réponses, il lui donnait la bonne direction, il ne cherchait pas à discuter celles-ci.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire