Rechercher dans ce blog

dimanche 15 février 2015

Il n'y en a pas un parmi vous qui ne veuille pas la paix



Publié le

Jésus, transmis par John Smallman

Comme beaucoup en sont maintenant conscients, l'humanité est parvenue à un moment d’immense changement, un moment divinement prévu depuis — en termes humains —  très longtemps, et ce moment n’attendra pas, ni ne sera détourné, ni évité. C’est le moment le plus capital et le plus vivement attendu de toute la longue histoire de l'humanité. Être incarné maintenant est un honneur sublime. Le chaos que vous voyez « au dehors » est véritablement « au dedans » — l’extérieur est le reflet de l’intérieur — et cette vérité est maintenant entrevue dans toutes les consciences.

Vous créez vraiment votre propre réalité, et vous en êtes conscients parce que vous voyez souvent des gens dans des situations que chacun vit différemment. Par exemple, deux personnes sont coincées dans la circulation, ou dans une file d'attente à la caisse ; l’une remarquera la lumière dorée qui brille entre les feuilles d'un arbre magnifique, ou la patience et l’amabilité d'une caissière avec un client âgé, et en ressentira un élan chaleureux, l'Amour s’écoulant librement ; l'autre sera juste irritée par ce retard imprévu dans son programme et klaxonnera violemment, ou sera impolie avec la caissière. Même situation, perceptions totalement différentes, et par conséquent réponses différentes.

À mesure que cette prise de conscience se répand à travers l'humanité, à travers le monde, les gens se sentent encouragés à répondre avec amour plutôt qu’avec colère aux problèmes mineurs qui se produisent pendant la journée, leur niveau de stress se réduit donc, et ils finissent la journée détendus et contents. Vous parlez « d’aller dans le sens du courant », « d'accepter ce qui est », et quand vous le faites vraiment vous vous sentez beaucoup plus heureux et plus contents de votre sort, quels que soient les problèmes que vous avez à traiter.

La vie est faite pour être vécue, dans le moment présent, comme elle vient ; lorsque vous sortez du « moment présent » votre conscience tombe en panne, les histoires qui trottent dans votre tête — le passé, le futur, mais jamais le présent — exigent votre attention, et vous ne vivez pas vraiment ! Vous laisser prendre dans les histoires, dans vos histoires de vie — « ce qui m’est arrivé » — détourne votre attention de la vie, pourtant la vie est tout ce que vous avez, et vous devez vous en occuper.

Si vous avez du mal à y parvenir, c’est parce que vous n’êtes pas concentrés. Dans la majeure partie de votre vie dans l'illusion, il semble que pas grand-chose ne se passe, alors vous commencez à vous ennuyer et à rechercher activement de quoi vous distraire, c’est-à-dire quelque chose qui vous excite, ou qui vous intéresse et vous plonge davantage dans l'illusion qui constitue la principale expérience de la vie de l'humanité. Et au bout du compte cela vous déçoit toujours, même si sur le moment ça semble vous donner un coup de fouet, comme par exemple frôler la mort et éviter l’accident par une manœuvre habile.

L'illusion est en fait très ennuyeuse parce qu’elle semble vous séparer de la Source, de Dieu, de l'Unité aimante dans laquelle vous avez été créés et où vous vivez dans une extase éternelle. C’est ce que vous cherchez toujours, mais au sein de l'illusion cette expérience n’est pas possible parce que l’extase fait partie de la Réalité et parce que l'illusion n’est pas réelle. Lorsque vous avez décidé de vous plonger dans l'illusion vous avez choisi de vous séparer de tout ce qui pourrait vous donner de la joie — l'extase ! Être dans la Présence divine c’est être en extase éternelle, et vous vous êtes coupés de cet état merveilleux pour vous prouver que vous pourriez vivre heureux sans Elle. Et pourtant cet état d'extase sacrée est TOUT ce dont vous avez besoin, tout ce que vous désirez, éternellement.
Lorsque vous vous réveillerez dans cet état d’existence divin et sacré — comme vous le ferez, c’est inévitable et inéluctable parce que cet état est Tout Ce Qui Est — vous reviendrez à un état de joie incomparable, et dans les royaumes célestes, les royaumes spirituels, tous se réjouiront avec Dieu du « retour du fils prodigue » !

N’entrons pas dans la polémique « et les filles alors ? ». Il n'y a que Dieu, la Source divine dans laquelle existe tout ce qui est créé, et cette Unité comprend toutes les apparences et toutes les formes possibles et imaginables. Se disputer sur le masculin et le féminin, ou le féminin et le masculin, sur le sexisme, c’est vous distraire de votre réveil. Pour vous réveiller vous devez ôter de l'intérieur de vous toute croyance ou perception qui n’est pas en alignement avec l'Amour. C’est tout ce qui vous divise et vous sépare — la race, la couleur, le credo, les confessions religieuses, l'identité ou la préférence sexuelle, l'appartenance politique — parce que prendre parti c’est juger et condamner, et par conséquent attaquer ; et attaquer c’est toujours vous attaquer vous mêmes, parce qu'il n’y a que l'Un.
La séparation, l’attaque, la division, le rejet, l'exclusion, le jugement et la condamnation sont les caractéristiques déterminantes de l'illusion. Elles sont présentes partout autour de vous, de leurs formes les plus discrètes aux plus flagrantes. Exclure c’est juger inacceptable, c’est attaquer, et parce qu'il n’y a que l'Un, c’est s’attaquer Soi-même, ce qui est indiscutablement de la folie pure.

L'humanité a pris la décision collective de se réveiller de l'illusion, et les effets de cette décision capitale sont facilement visibles partout dans le monde à mesure que le jugement des autres et de leurs « étranges » styles de vie est de moins en moins toléré. Bien sûr de tels jugements se produisent encore, mais la conscience de leur nature inique est en train de croître rapidement, en particulier chez les jeunes.

À suivre...
Page d’origine : https://johnsmallman2.wordpress.com/2015/02/14/there-are-none-among-you-who-do-not-want-peace/  

http://www.anneduquesne.com/2015/02/il-n-y-en-a-pas-un-parmi-vous-qui-ne-veuille-pas-la-paix.html 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire