Rechercher dans ce blog

jeudi 27 novembre 2014

Telos : Trésor de la Lémurie

fa0294drachenpalast



Il y a des millions d’années, la vie naquit sur notre planète. De temps à autre, des civilisations extraterrestres vinrent y établir des colonies, et celle-ci perdurèrent des millions d’années encore, certaines pendant plus longtemps que d’autres. II y a environ 4 500 000 ans av. J.-C., l’archange Michael et son entourage escortèrent jusqu’à notre planète les premières âmes destinées à former la race Lémurienne, avec la bénédiction du Dieu père/Mère. 

En ce temps-là, partout sur terre fleurissaient la perfection, l’abondance et la beauté à un degré tel que l’on peut difficilement l’imaginer aujourd’hui Les Lémuriens appartenaient alors à une vibration de la cinquième dimension. Ils étaient doués de la faculté d’abaisser à leur guise leur vibration afin de faire l’expérience physiologique de degrés de densité plus grossiers ; ils pouvaient ensuite reprendre leur corps lumineux quand ils le souhaitaient. 

Graduellement, il y a eu une dégradation de la vibration et de la conscience de cette race prodigieuse. Le peuple Lémurien a d’abord déchu jusqu’à la quatrième dimension et s’est par la suite dégradé complètement jusqu’à atteindre  la densité de la troisième dimension que nous connaissons aujourd’hui. Le phénomène se produisit sur une  période de 1 000 000 ans. 

Les territoires formant la Lémurie, aussi dite « Mu » comprenaient des masses aujourd’hui immergées sous le Pacifique, ainsi qu’Hawaï, île de Pâques, les îles Fiji, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et des terres dans l’Océan Indien près de Madagascar. La côte orientale de Mu s’étendait jusqu’à la Californie et la Colombie-Britannique, au Canada. Des guerres incessantes entraînèrent une cruelle dévastation à Mu et en Atlantide. 

Ils prirent éventuellement conscience de la futilité de tels  comportements. En définitive, l’Atlantide et la Lémurie furent victimes de leurs propres agressions. Quand les Lémuriens comprirent que leur patrie était vouée à la perdition, ils adressèrent une requête à Shamballa mineure, la tête du réseau Agartha, afin d’obtenir l’autorisation d’ériger une ville sous le Mont-Shasta dans le but d’y préserver leur culture et leurs annales. 

Le Mont Shasta est le plus haut sommet volcanique aux États-Unis. Il est situé au nord de la Californie près de la frontière de l’Oregon. Pour obtenir cette autorisation et se joindre au réseau souterrain d’Agartha, il leur fallut prouver qu’ils avaient tiré leurs leçons de la guerre et de l’agression. Ils durent témoigner de leur repentir face aux maintes autres agences, telle la Confédération galactique des planètes. 

Et pour être admis en tant que membres de ladite Confédération, ils durent établir qu’ils étaient désormais un peuple pacifique. Lorsqu’on leur accorda la permission d’ériger leur cité, il était clair que cette région survivrait aux cataclysmes. Une vaste grotte en forme de dôme existait déjà au sein du Mont Shasta. Les Lémuriens construisirent la ville que l’on nomme TELOS, qui signifie, communication avec l’Esprit. 

À l’origine cette ville fut édifiée pour contenir un maximum, de 200 000 habitants. La conflagration thermonucléaire qui a anéanti le continent Mu et 300 millions d’habitants, survint plus tôt que prévu, et c’est pourquoi, seulement 25 000 personnes l’atteignirent à temps et furent sauvées.  II y a plus de 12 000 ans, sans avertissement, le continent Mu fut englouti en une nuit. Il s’enfonça si doucement dans la mer que la plupart des gens n’eurent pas conscience de ce qui se passait ; presque tous dormaient. Plusieurs membres de l’ordre religieux, conscients du cataclysme à venir, se sont réunis par petits groupes, en des points stratégiques un peu partout ; ils prièrent et chantèrent tout en périssant. « Auld Lang Syne », reçu par l’intermédiaire des Irlandais, fut le dernier chant jamais entendu dans la contrée de la Lémurie. 

"Ce n’est qu’un au revoir, mes frères"… * Note de Michelle : J’ai enfin compris pourquoi j’ai toujours été émue aux larmes, chaque fois que j’entendais ce chant … même encore aujourd'hui *

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire