Rechercher dans ce blog

dimanche 3 juillet 2016

Merci aux sanctions : la Russie est la reine du blé



Grâce aux sanctions, la Russie sera bientôt autonome en produits alimentaires et même exportatrice de ses productions Bio sans OGM !

L’un des commentaires les plus souvent entendus de la bouche des économistes traditionnels occidentaux, est que l’économie russe est trop dépendante des exportations d’énergie et ne peut pas être compétitive dans des domaines autres que l’exportation de matières premières de base.
Alors que les exportations de pétrole et de gaz restent une source essentielle de revenus pour l’état, elle est loin d’être la seule. 

En raison des sanctions économiques des États-Unis et de l’UE visant le secteur énergétique de la Russie en 2014, le Kremlin a riposté, au mois d’août de la même année, avec des sanctions sur une large gamme de produits alimentaires d’importation de l’UE et des États-Unis. 

Quelques mois plus tard, en novembre 2015, après que la Turquie a abattu un jet russe dans l’espace aérien syrien, Moscou a également interdit les principales importations de produits alimentaires en provenance de Turquie, en particulier les tomates et les concombres. 

La forte réduction des importations de produits alimentaires et des incitatifs gouvernementaux sélectifs à l’agriculture ont entraîné une augmentation spectaculaire de la production agricole russe.
Avant l’interdiction des importations russes, 40% de toutes les ventes au détail de produits alimentaires en Russie provenaient des importations. 

Tout, sur les étals des supermarchés, depuis les tomates jusqu’aux poulets, était susceptible d’avoir été importé. 

Les marques multinationales telles que Nestlé, Kraft, Danone étaient partout. 

Les Russes ont oublié, pour l’essentiel, le goût original de leurs propres aliments. 

L’agro-industrie occidentale était bien partie pour noyer la production nationale de denrées alimentaires de qualité sous des importations bon marché. 

Cela a maintenant changé de façon spectaculaire, dans le court laps de temps de moins de deux ans.
Aujourd’hui, l’agriculture russe connaît une renaissance calme et spectaculaire, une nouvelle naissance en fait.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire