Rechercher dans ce blog

samedi 12 octobre 2013

LE POINT FINAL: ON A TOUT DIT, IL N’Y A PLUS RIEN D’AUTRE À DIRE…

Publié par le 12 oct, 2013 sous Bertrand Dumaime

bertrand duhaimeBertrand Duhaime

Tout a été dit : les messagers n’ont plus rien à dire ou à partager, à part ponctuellement situer les êtres incarnés dans la dynamique d’expansion des énergies cosmiques qui affectent de plus en plus la Terre. C’est ce qui justifie ce dernier rappel que, pour exercer sa liberté et sa souveraineté, chacun détient tout en lui, d’où il gagne à se dégager des enseignements de toute sorte pour y plonger et y récupérer son pouvoir. Et cet autre que, par les choix qu’il fera au quotidien, il se situera dans la joie de vivre ou la résistance à la vie, sans possibilité de projeter ses torts sur autrui.

Car, depuis que la Lumière a proclamé sa Victoire, chacun doit cesser de tant agir, faire, chercher, réfléchir, s’agiter en tous sens, s’extérioriser à outrance, dans la compréhension qu’il n’a plus rien d’autre à faire que d’être et nulle part où aller, à part plonger en lui-même, dans la foi en son pouvoir créatif, par lequel il engendre sa réalité de chaque instant, en des formes qu’il ne cesse de déployer, afin d’explorer l’Océan cosmique. Dans sa quête de Salut, la véritable clef réside dans la réduction de son ego, l’effacement de sa personnalité, le silence de son mental, l’ouverture de son cœur, l’écoute de l’Infini qui vibre en lui. Par sa pensée errante, son imagination fertile, ses fausses croyances, l’entretien d’illusions, la culture des apparences, qui l’entraînent dans des impasses, éveillant la peur et le doute et suscitant des émotions négatives intenses, l’amenant à se troubler et à se perdre dans l’impuissance, pour avoir coupé tout lien avec sa Réalité éternelle, l’être humain s’est enfermé dans la densité et la dualité, ne trouvant plus la voie de la Libération.

Pour cette raison, son Salut, celui d’un être qui n’est jamais jugé, mais se juge lui-même très sévèrement, et qui est sauvé depuis toujours, parce qu’entier, complet, total et parfait de toute éternité, réside dans le rétablissement de l’Amour pur et de la Vérité toute faite qui l’habite, mais qui ne se justifie pas, ne s’attrape ni ne s’accapare, puisqu’elle est depuis toujours et pour toujours, se laissant vibrer et entendre seulement dans l’état de neutralité, de vacuité, de sérénité, de silence, de parfaite transparence. Être tout simplement, voilà la Voie qui, par allégorie, ramène à la Maison des origines. Pour l’être humain, cela signifie laisser être Qui il est, un Être d’Amour et de Lumière, au lieu de continuer à tenter d’être ce qu’il veut être ou paraître ou ce que les autres requièrent qu’il soit. C’est la condition de l’Ascension, vivre dans le moment présent, l’Instant éternel, faire table rase du passé, abandonner toute croyance, s’aimer de tout son être, tout se pardonner et tout pardonner, s’accorder la première place, cesser de rendre des comptes, éviter de suivre un agenda, abandonner l’effort, ne plus répondre à des obligations, ces «il faut» et «on doit», des exigences mentales inutiles, afin d’entrer dans la Grâce de la Providence.

Lire la suite sur : http://lapressegalactique.net/2013/10/12/le-point-final-on-a-tout-dit-il-ny-a-plus-rien-dautre-a-dire/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.